lundi 15 juillet 2013

oecuménisme : la table n'a pas été dressé



Après l'ordination de prêtres méthodistes dans une cathédrale catholique



Voici la table oecuménique
Le Père capucin Willi Anderau et le jésuite Josef Bruhin devaient célébrer avec deux pasteurs et un pope orthodoxe une eucharistie œcuménique le samedi 29 juin à la chapelle des Lazaristes de Gfenn, près de Düdendorf (ZH). Selon le droit canonique, la célébration commune de l'eucharistie par des ministres de diverses confessions n'est pas autorisée.

commentaire :

Juste un petit détail, les protestants ne croient pas en la transubstantation (Jésus présent dans l'hostie) et pour les orthodoxes,ils croient en Marie ,mère du Christ ,mais pas mère de Dieu et donc pas en l'immaculée Conception (sauf erreurs de ma part).

Des catholiques, protestants et orthodoxes célèbrent une eucharistie oecuménique


et finalement,ils ont renoncé.



dimanche 14 juillet 2013

Luther est en enfer : vision de la Bienheureuse Marie-Séraphine du Sacré Cœur

Mise à jour 2/01/2014


En 1883, Sœur Maria Serafina Micheli (1849-1911)  , béatifié à Faicchio dans la province de Benevento dans le diocèse de Cerreto Sannita 28 mai 2011, la fondatrice des Soeurs des Anges, était allé à Eisleben, Saxe, lieu de naissance de Luther. 



Le quatrième centenaire de la naissance du grand hérétique (10 Novembre 1483) était célébrée ce jour-là .Luther a divisé l'Europe  et l'Église en deux.Les rues étaient bondées,les balcons compris . Parmi les nombreuses personnalités présentes on s'attendait à tout moment, à l'arrivée de l'empereur Guillaume I, qui présidait les célébrations solennelles. 


                                                                                            Eisleben 19ème siècle
Le 10 novembre 1883,la future bienheureuse, tout en notant l'atmosphère de fête, n'était pas intéressé à connaître la raison de cette animation inhabituelle, son seul désir était de trouver une église et prier pour être en mesure de faire une visite au Saint-Sacrement. 

Après avoir marché pendant un certain temps,elle en a finalement trouvé une, mais les portes étaient fermées.



 Elle s'agenouilla sur les marches pour prièr. Comme c'était dans la soirée, elle n'avait pas remarqué que ce n'était pas une église catholique, mais protestante. Pendant qu'elle priait, l'ange gardien est apparu, qui lui dit: «Lève-toi, parce que c'est une église protestante."








Puis il ajouta: «Mais je veux que vous voyez l'endroit où Martin Luther a été condamné et la peine qu'il  subit en  punition pour sa fierté."
Après ces paroles, elle vit un terrible abîme de feu, où ils étaient cruellement tourmentée  d'innombrables âmes.




 Dans le fond de ce trou il y avait un homme, Martin Luther, qui se distinguait des autres: il était entouré par des démons qui l'ont forcé à s'agenouiller et  tous, armés de marteaux, ils ont essayé, mais en vain, de lui enfoncer un gros clou dans la tête .

La religieuse a pensé: si les gens du  peuple avait vu cette scène dramatique, ils n'auraient pas rendu  les honneurs et autres commémorations et célébrations pour un tel personnage.
Plus tard, lorsque l'occasion s'est présentée de rappeler à ses sœurs de  vivre dans l'humilité et dans le secret. 

Elle était convaincue que Martin Luther a été puni en enfer surtout pour le premier péché mortel, l'orgueil.



L'orgueil qui est un péché capital, l' a amené la rébellion ouverte contre l'Eglise catholique romaine. Son comportement, son attitude envers l'Église, et sa prédication furent cruciales pour inciter et amener beaucoup d'âmes à la ruine éternelle  et erronée.




Bienheureuse Marie-Séraphine du Sacré Cœur

fondatrice de l'Institut des Sœurs des Anges ( 1911)
Née en 1849, morte le 24 mars 1911 à Faicchio, Italie, déclarée vénérable le 3 juillet 2009 par le pape Benoît XVI, béatifiée le 28 mai 2011.

Marie-Séraphine du Sacré Cœur (au siècle, appelée aussi Clotilde Micheli), religieuse, fondatrice de l'Institut des Sœurs des Anges (1849 - 1911)


Le 2 juin 2011, Benoît XVI a invité les religieuses à «imiter la nouvelle bienheureuse en répondant avec promptitude à l’appel de Dieu à la sainteté dans les circonstances ordinaires de la vie».

Le pape a rappelé que la nouvelle bienheureuse était originaire de la région de Trente, dans le Nord-Est de l’Italie, et qu’elle a fondé, dans le Sud, en Campanie, «l’Institut des Sœurs de la Charité des Anges», en 1891, après moult péripéties. (Zenit, le monde vu de Rome ).

"Soyez toujours des anges de lumière et de charité, pour conduire les âmes à Dieu sur les deux ailes de la parole et du bon exemple"

Est-ce que cette histoire est vraie ?
Je n'ai pas trouvé de manuscrit de Sr Marie-Séraphine du Sacré Cœur.qui parlerait de cette histoire à Eisleben.

Mais en consultant sa biographie officielle on trouve une trace de son passage dans cette ville.


 Quelques détails sur sa vie

Né le 11 septembre 1849 à Imer.village de la région de Trente.Elle eut  de nombreux contacts avec les anges

La première apparition remonte à 1852, Clotilde venait d'avoir trois ans. Sa biographie dit que son gardien Ange lui apparut, à la demande de Notre- Dame, à l'invitation pour faire un vœu de virginité. Au début, elle n'a pas compris le sens de cette demande, mais ne voulant rien refuser à la mère de Dieu, Clotilde a acceptée sans réserve. En 1858,elle reçoit sa confirmation.

Selon la tradition, Clotilde vers ses 18 ans a obtenu une apparition divine par Dieu. La Vierge Marie, accompagnée d'une multitude des anges, lui apparut disant:

«Ma fille , je désire que vous établissez un nouvel institut  appelé «Les Soeurs des Anges: «Afin que ses membres se proposent d'imiter les anges en adoration de la Très Sainte Trinité, par le biais de l'Eucharistie, et dans le service du prochain.

 Les sœurs de votre congrégation devront adorer et vénérer la Sainte Trinité et  mon Immaculée Conception. Vous-même prendrez le nom de Marie des Anges. 

Elle part à Venise consulter Mgr Doménico Agostini,futur cardinal et patriarche de Venise (1825-1891) qui lui donne ses lettres de créance,pour établir son ordre et rédiger une règle.



Terrifiée par l'échec,elle se décourage et détruit ses lettres.Clothilde repart dans son village natal d'Imer.De 1867 à 1876,elle est sous la direction spirituelle de Mgr. Angelo Piacentini, professeur au séminaire local.Elle tente de mieux comprendre l'appel qu'elle avait reçu.


Lorsque Piacentini est mort en 1876, Clothilde Micheli va dans la petite ville de montagne de Belluno Castellavazzo de la province de Vénétie. Là, elle a rencontré l'archiprêtre Gerolamo Barpi.

Quand il lui est arrivé à connaître les intentions de la jeune femme, il mit à sa disposition  un ancien couvent pour sa nouvelle fondation.

 En 1878, victime d'une conspiration, à savoir un mariage arrangé avec un jeune homme de la région, elle a cherché refuge à Epfendorf ,Wurtemberg en Allemagne, où ses parents avaient déménagé pour trouver du travail .

Elle est restée en Allemagne pendant sept ans de 1878 à 1885, alors qu'elle travaillait comme infirmière chez les sœurs de l'hôpital Elisabeth. Elle a attiré l'attention par sa charité et la délicatesse qu'elle a montré dans le traitement des malades.

Elle continue de méditer et de prier.



En Allemagne, elle n'a pas cessé de faire des pèlerinages et a visité le sanctuaire de Notre-Dame de l'Assomption à
Lichtenfels, 

le sanctuaire de Notre-Dame de Weissenstein et de Eisleben.

Anche in Germania non smise di fare pellegrinaggi e visitò il santuario della Madonna Assunta in Lichtenfels, il santuario della Madonna di Weissenstein e quello di Eisleben.


Elle voyage à pied et fera plus tard d'autres pèlerinages en Italie :4 fois à la basilique de Padoue,3 fois au Crucifix de Cadore,


 2 fois au crucifix de Trente, à Notre-Dame de Caravaggio.







Sa  mère est frappée de paralysie en 1880 et meurt en 1882 après plusieurs années de maladie, puis son père meurt en 1885, 


Clothilde a décidé de quitter l'Allemagne pour de bon et est retourné à  Imer . Deux ans plus tard, elle a entrepris en mai 1887 un pèlerinage à pied à Rome avec sa nièce Giuditta. Sur le chemin, elles s'arrêtèrent dans plusieurs sanctuaires mariaux pour prier....


Après de nombreuses vicissitudes.

En 1891 Clotilde réussit à mener à son terme la demande de Notre-Dame de la fondation de la Congrégation des Soeurs des Anges ,Adorateurs de la Très Sainte Trinité qui serait surtout se consacre à la prise en charge des infirmes, à l'éducation scolaire, et à l' Apostolat de ceux qui ont le plus besoin. Aujourd'hui, les sœurs sont présentes au Brésil, le Philippines, et en Italie.

Autres articles sur le même sujet 


Le curé d'Ars et les protestants








Notre-Dame-de-l'Osier et les Protestants



sources





italien




anglais